AccueilL'alphabet musical

L'Alphabet musical

retour sur quelques années de musique...

A comme Adele
Représentante de la vogue anglaise des chanteuses soul, elle interprète ses compositions d’amour. "Je ne voulais pas  être trop sincère. Pourtant Je me suis à nouveau mise à nu". Son grain de voix envoûtant rappelle Amy W. "Ma voix, c'est comme une paire de chaussures. Plus je la porte, plus je suis à l'aise avec". L’album débute avec le fracassant Rolling In The Deep et les 10 opus suivants sont d’une même efficacité, comme la magnifique reprise de Lovesong des Cure.
 

A comme The Arcade Fire / Neon Bible (2007)
En 2005 l’album Funeral de ce groupe originaire de Montréal -cette ville ayant pour moi des résonnances particulières, tout ce qui en vient est forcément bon, oh la mauvaise foi !- m’a fait l’effet d’un Radiohead, ou d’un Coldplay. Et voilà Neon Bible, 2ème opus tant attendu. Pour être tout à fait honnête puisqu’on a décidé de tout se dire, je l’avais avant sa sortie… c’est magique ! Une pop « indie », un peu sombre, orchestrale, raffinée et mélodique où se mêlent guitares, percussions, mais aussi violoncelle, harpe, piano, et surtout la douce voix féminine et les déchirants cris masculins. Bien sur j’ai voulu vivre en concert à Paris cette expérience « mystique », où le silence qui suit Arcade Fire est encore du Arcade Fire…mais ce fut peine perdue puisque trop vite complet, à croire qu’il n’y a pas que moi qui aime…

B comme Brassens
30 ans que Brassens inspire. Faisons bombance de 2 bijoux hommage.
Avec Au Bois de mon cœur, Escoudé colore de sa guitare manouche les ballades du mélodiste, qui aimait le jazz et Django.
Avec Echos du monde, un album tout aussi balancé et bigarré, les paroles du poète moustachu sédentaire, aux langues et aux accents variés d’une bande d’artistes du monde entier, traversent les frontières et les époques.
Brassens universel à écouter avec boulimie.
 

B comme Bjork and co
Je vais tenter un saut périlleux : vous faire aimer comme j’ai aimé 2 CDs très différents liés par 3 voix particulières. Le dernier opus de Björk et spécialement les deux chansons avec Antony Hegarty dont on dit que la voix est une fusion entre Nina Simone et Brian Ferry est un moment de grâce. Antony, ce drôle d’oiseau généreux et fragile désarme, met à nu, en réponse à la voix un peu rêche, presque criarde et enfantine de Björk, c’est un débordement d’émotion. Ces 2 univers, en un écrin musical indéfinissable, s’installent en notre oreille pour parvenir au cœur. Quand Philippe Jaroussky chante des airs d’opéra de Vivaldi c’est le mystère de la voix humaine qui est célébré. La beauté de cette musique transporte, sa voix de contre ténor dessine des mirages et dissipe toutes nos craintes face à la musique lyrique.

 

B comme Bashung
Le 30 mai 2008…
J’ai regardé, écouté, ressenti, et savouré Bashung en concert. Il m’a touchée en rock et en douceur. Mes places étaient prises depuis l’été 2007, sans savoir que c’était la tournée promotionnelle d’un album, non sorti alors. C’était juste Bashung ! Puis un grand « Bleu pétrole » a envahi mon décor. On disait l’artiste malade. Un échalas chapeauté, un échassier vêtu de noir a pénétré notre espace temps… Enrobée de l’excellence des musiciens, la voix singulière était bien là, portant ces bizarres paroles, évocatrices d’images extravagantes :
« J’ai des doutes sur le changement d’heure en été…
Des réserves quant à la question d’angle pour le canapé
J’ai des doutes sur la notion de longévité
Sur la remise à flot de la crème renversée »
à réécouter à l’infini, …tant qu’il est mort.

 

C comme Chico et Rita
Au cœur de cette bande originale, swinguant entre NY, La Havane, et Paris, Bebo Valdès (Chico C’est un peu lui) a composé spécialement de nouveaux morceaux, les mêlant aux vieux classiques cubains revivifiés. Le jeu de cette music, témoin d’une époque, authentique à l’esprit et au style du latin jazz des années 40-50 sans avoir l’air démodé, évoque un voyage festif et optimiste, pianotant et percutant tout à fait enchanteur.
 

D comme Deus
En 20 ans, les membres anversois ont changés autour de Tom Barman, leader à la voix grave et sensuelle. Pourtant Deus est l’une des rares formations rock belge à connaitre une notoriété mondiale, bénéficiant de la fidélité du public. Rien ne semble altérer la détermination du groupe, ni son engagement citoyen. 9 titres assez courts finement arrangés sur ce 6ème album, d’un lyrisme évident, euphoriques ou sombres, sophistiqués ou simples, aux refrains irrésistibles.


E comme Lisa Ekdahl
La douceur du jazz réunit 2 albums des années 90. De sa voix légère et enfantine, douce comme une caresse, avec le trio de Peter Nordahl, elle reprend des standards du jazz sur When did you leave heaven, et rencontre le succès critique et commercial. Elle confirmera la même année avec Back on earth, passant de fierté nationale suédoise à personnalité planétaire. Depuis, son talent s’est orienté aisément vers la folk pop.

E comme Good Morning England
Parce que le film Good Morning England raconte l’histoire des radios pirates en Angleterre dans les années 60, sa bande originale est forcément musicale. Et quelle belle bande son ! Par exemple on y trouve les classiques des classix avec Jimi Hendrix ; The Who, The Kinks et The Turtles ou The Troggs et d’autres grands THE pour accompagner le thé ; la crème des crèmes (Cream et The Supremes) sur rondelle de concombre ; le top (The Box Tops) ; les hoola hoops et diling diling des fils et frères ou autres garçons dans le vent (Lorraine Ellison, The Isley Brothers ou The Beach Boys et John Fred & his Playboy Band) et pour finir on dit oui à David Bowie.
Bon au lieu de lire mes jeux de mots vaseux, ou vous ressortez vos vinyles tout rayés ou vous écoutez cette compilation du diable !



F comme Fun
Fun aFFirme que c'est la 1ère chanson (musique et paroles) qui reFlète la véritable identité du groupe. « We are young », repris dans la série Glee, en tête des ventes aux USA Figure sur ce second album du trio New Yorkais. Sans nul doute leurs puissantes mélodies pop-rock et harmonies vocales (le chanteur Nate Ruess, soutenu (en canon) par Andrew et Jack, a des envolées lyriques à la Freddy Mercury) ne seront bientôt plus une découverte pour la France.


F comme Boulou & Elios Ferré : Live in Montpellier (2008)
Lors du Festival International de la guitare en 2006, carte blanche était donnée à Boulou et Elios Ferré. Ce concert offre de multiples facettes, il est à la fois mélancolique, intimiste, endiablé. On y retrouve tous les aspects du jeu de Boulou l’ainé poète virtuose et d’Elios le cadet : la ferveur (avec le violon de Didier Lockwood), la musicalité (avec un medley hommage à Django Reinhard), la générosité (avec le piano d’Alain Jean-Marie, les cuivres d’autres frères, les Belmondo, amis de longue date) et l’humanité (avec la bouleversante interprétation de « Laurent » par Philip Catherine). « Travaillez tous les jours votre guitare, une journée sans jouer sera une journée que vous ne vivrez plus » disait Matelo leur père, qui a accompagné Django. Depuis j'ai eu la joie de les voir en concert, ils ont certes vieilli mais leurs doigts sur les guitares sont à coup sur plus de 20 (2x10 = 4 mains)... Bref d'une grande dextérité.

 

G pour Peter Gabriel.
Sur Scratch my back, un orchestre accompagnait des reprises. Sur New Blood il adapte son style musical et ses chansons à un orchestre symphonique, ni guitare ni batterie, de grandes variations dynamiques, beaucoup de silence. Un exercice qui n'est pas donné à tout le monde qui offre une émotion grandiose. Pour lui c’est un nouveau territoire. Pour nous il confirme son avant-gardisme.
 

G comme Groove Armada (2007)
Je vous entends déjà : « ce n’est pas une nouveauté »; « C’est un Best of et on n’aime pas trop ça », en même temps écouter toute la discographie de Groove Armada, ça ferait trop, non ? ; « C’est de la house », le mot est lâché, horreur ! Mea culpa, ce cd fait parti des disques dans ce genre : électro, techno que vous aimez tant…j’ai les statistiques sous les yeux… Donc Groove Armada ce sont 2 garçons originaires de Cambridge. Connue depuis 1997, leur musique change sans cesse de visages et de tempos : hip-hop, trip-hop, funk, (attention accrochez-vous !) house-dub, deep-house à la frontière de l’ambient, jungle… Bref Groove Armada ça s’écoute bien fort, presque l’oreille contre le baffle pour sentir les percussions, et pieds nus, pour ressentir…les percussions…

 

H comme Hubert Felix Thiefaine
Ecrit en convalescence après un burn-out, Suppléments de mensonge est l’album de la renaissance et celui reconnu par les Victoires de la musique.Toujours snobé par les diffuseurs, ce sexagénaire fait son job: auteur, compositeur, interprète, depuis 40 ans, influant la musique de son époque. Forçat de la scène, il remplit les salles d’un public, porté par sa poésie libre mêlant références littéraires, cinématograpHiques, une avalanche de mots, d’images qu’il ne comprend pas forcément, mais qu’il écoute avec acharnement.
 

I comme Idir : Neveo
Venu par hasard à la chanson dans les années 1970, « Il vivra » transmet la parole kabyle, une oralité, accompagnée d’une guitare et d’Instruments traditionnels, moins revendicatrice que sur ses précédents opus mais toujours libre.
Si cet album commence par une fête kabyle, l’artiste, amoureux des mots, dédie à son public, à chaque famille, à tous les cœurs, 11 chansons personnelles, authentiques et acoustiques, avec les sources et les ressources de son enfance, enregistrées à la maison. Un retour aux impressions premières pour cet humain rare, qui n’écrit que quand il a quelque chose à dire…
C’est maintenant alors savourons cette douceur.
 

J comme Joyce DiDonato
Aux Victoires de la Musique Classique, Frédéric Lodéon a déclaré sa flamme à cette blonde enJôleuse mezzo-soprano américaine, vêtue d’une magnifique robe rouge. Cet air du Barbier de Séville, conclu malicieusement fut ovationné. Car depuis ses débuts en 1998, elle suscite les louanges unanimes du monde entier pour ses interprétations des œuvres de Haendel, Mozart et Rossini. Pour Drama Queens, elle a composé son récital autour des reines tragiques de l’opéra (les Alcina et Cleopatra de Haendel, Armida de Haydn ou Orontea, reine d'Egypte, et 2 raretés : Bérénice, reine de Palestine de Orlandini), du premier baroque au classicisme, propre à draper de sang, les qualités expressives, la virtuosité et le brio de la tragédienne. Si bien que, pourtant inconditionnelle de la brune italienne Cecilia Bartoli, Je me suis accordée à ces sublimes mesures royales.


K comme RebeKKa Karijord
La Scandinavie nous envoie (comme le Québec…oups!) des artistes talentueux, Sigur Ros, Agnès Obel, Ane Brun. Au violon, au piano très tôt, la musicienne norvégienne surdouée a la voix cristalline d’une sirène. Ses chansons aux sonorités traditionnelles sont soyeuses et mélancoliques comme les plis du velours par un froid d’hiver. Elle joue aussi sur les ondes d’instruments non conventionnels, espiègle comme un troll, sur ce 3ème album de pop folk élégante.
 

K comme The Killers (2007)
En tant que discothécaire, j’écoute pendant mes congés, les CDs achetés pour la CDthèque. Quel travail difficile ! Dans ce choix il y a Sam’s town de The Killers, second album du groupe. Dès le 23 décembre, il a tourné en boucle dans mon « mange-cd ». Ma sœur, qui ne savait pas quoi m’offrir.. et oui le 24 décembre… on choisit pas sa famille… me questionne sur une idée cadeau. J’ai donc eu un super CD de pop-rock « punchy », influencée par leurs « pères » David Byrne, ou Morissey, et la voix du chanteur nous y fait forcément penser, mélodique, réjouissante et moins violente que ne le suggère le nom de ce groupe de 4 garçons originaires de Las Vegas.
Cette anecdote est édifiante… non pas parce que ma sœur est charmante… mais parce que je suis sans doute la seule discothécaire qui se fait encore offrir des CDs ou qui les achète…
 

L comme Lisa Leblanc
Le phénomène de 2012 au Québec arrive en France ! « Moi, Lisa LeBlanc, je joue du folk trash. Je suis une Acadienne qui roule ses  r, qui aime se moquer d'elle-même, qui écrit des textes sans trop de froufrous et qui est tannée de chanter des chansons de fi-filles ! » La jeune femme à la parole bien pendue, parfois crus et humoristiques, manie avec brio banjo et guitare pour donner à ce premier album un air country folk décalé.
 

M comme Marilyn Monroe
En 62, Marilyn chante Happy Birthday à Kennedy. Avant cela elle aura tenu à interpréter elle-même toutes les chansons de ses films, même si des studios n'aimaient pas sa voix.
Au début, elle avait du mal à chanter juste certaines notes. Un compliment lui a toujours été fait, elle savait comment se placer par rapport à la musique.
En 53, dans Niagara, Marilyn fait passer toutes les émotions, juste en chantonnant quelques paroles de Kiss. Dans Bus stop, pour aller avec le rôle qu'elle joue, elle chante That old black magic, faux intentionnellement, ce qui demande beaucoup de talent.
Marilyn "aimait la musique et était vraiment une pro."
 

M comme MGMT
3 airs terriblement accrocheurs qui font du bien aux oreilles, déferlent en France… et à la CDthèque de Carrières-sur-Seine
Etrangeté, inventivité, mélanges, voilà ce qui réunit « Worried about Ray », « Time to pretend », « Mercy ». La « odd pop » (pop étrange) des 3 petits gars d’Angleterre à l’univers « barré » de The Hoosiers est parfaitement insouciante, et leur bonne humeur communicative. Le son bizarroïde du duo new yorkais de MGMT (prononcé « Managment ») mélange réalisme cynique, atmosphère psychédélique, basses austères, et reflets kitsch. Si la blonde et sage Duffy a dans la voix ce coté rétro de la soul Motown, elle vient pourtant d’un petit village du Pays de Galles et son phrasé est vraiment moderne. Trois exemples musicaux réussis qui jonglent avec diverses influences sans s’emmêler les cordes de guitare…  

 

M comme Mahler (2011)
Les commémorations de décès d’artistes jalonnent nos années en certains souvenirs. Il y a 25 ans Balavoine disparaissait, je dessinais crabes et violons. En 1911 Mahler mourrait. Pas d’évocation particulière… Mais dans l’estomac l’écho profond de sa Symphonie n°5 et une pensée: Mort à Venise. Composée alors qu’il est confronté à sa propre mort, funèbre et sombre, les cordes nous guident vers la lumière. Résonnent la victoire sur la maladie et la rencontre avec Alma, son amour.

 

N comme The Notwist
3 albums et une BO en 15 ans, les frères Acher, d’origine allemande se font rares en studio comme à la scène. Capables de mélodies simples, d'arrangements avant-gardistes, de sons électroniques et de balades pop, ils savent particulièrement bien mélanger les atmosphères. Avec le précieux Close to the glass dans la lignée de l’album d’anthologie Neon Golden, ils illuminent chaque écoute de pépites qui ne lassent jamais nos oreilles.
 

O comme Les Ogres de Barback
Ce 8ème album studio en cette année 2014, année de célébration, n’est pas une compilation mais un reflet de 20 ans de chansons de cette famille multi instrumentiste. Depuis le début, le groupe met en avant cette conception originale de la chanson française ouverte sur le monde et faite tous ensemble (avec d’éternelles rencontres : une fanfare berlinoise, des membres de Lo’Jo ou des Têtes Raides).
Encore une fois ce cd est à l’image de la vie de la fratrie, révoltée face aux intolérances, clin d’œil aux anciens (Leprest ou Renaud), poétique, ironique, épicurienne aux influences rap rock électro, et rebelle, histoire de ne jamais s’emmerder.
 

P comme Prayer de Robin Schulz
Peut-être ne connaissez-vous pas son nom mais oui c’est bien lui qui a fait un total carton cette année en exhumant, avec sa touche perso de deep house, la chanson de Lilly Wood & the Prick, et Waves de Mr. Probz, son premier succès d’il y a 1 an. Avec ce cd, la preuve est faite que le jeune DJ et producteur allemand a réalisé d’autres choses, quelques inédits de sa fabrication et d'autres remixes comme celui du single No rest for the wricked de Lykke Li et A Sky Full of Stars de Coldplay. Robin Schulz vient seulement d'entamer sa carrière internationale et a su imprimer un style bien à lui en l'espace de quelques mois. Voici donc 21 chansons susceptibles de nous faire danser toutes les fêtes à venir.
 

Q comme Christine and the Queens bien  sûr, mais…
Né en 2010, à Londres, le projet Christine and the Queens s’est formé grâce à la rencontre de Christine et de travestis jouant d’instruments de musique. Derrière CATQ, c’est donc toute une série de personnages aux caractères divers qui défile dans un même corps et ce mix s’entend déjà en 2013 sur cet album noir (CD et Vinyle) qui comporte 5 compositions : The loving cup, Nuit 17 à 52, Starshipper, Wandering lovers, Photos souvenirs. Tout est là : « les voix » multiples de Christine en différents niveaux, en français et en anglais, des paroles saccadées à la 1ère personne, reflets d’éléments personnels, la touche électro pop, les arrangements raffinés et la théâtralité. Puis « Chaleur humaine » débarque et confirme tout cela auprès d’un public bouleversé et des professionnels de musique conquis en acquérant succès et récompenses.
 

R comme Rome « A passage to Rhodesia »
La voix grave et mélancolique de Jérôme Reuter, membre de ce « projet » luxembourgeois, narre l’histoire tragique du 20ème siècle de façon poétique et romantique (les fans de Léonard Cohen ou de Nick Cave s’y retrouveront). Dans ce 10ème album l’ambiance musicale sombre est folk parfois acoustique, parfois faite d’envolées symphoniques avec des instruments classiques, tels que le violon ou le violoncelle. Le multiinstrumentiste y pousse aussi ses expérimentations en ajoutant des extraits documentaires, assemblant mots et chants, pour un résultat envoutant.
 

S comme Soko
Quand on écoute le dernier album de la bordelaise Stéphanie Sokolinski dite SoKo plus percutant, on a un temps d’arrêt. Car cette gravité dans la voix, cette guitare (petit frère de la chanteuse) ultra présente distillée en accords simples, ces arrangements, cette ambiance « corbeau noir » ont une note revival certaine. Pourtant n’est-elle pas trop jeune cette jolie écorchée pour avoir passée ado des nuits à écouter la new wave de The Cure ! Ceci dit il y a derrière la collaboration avec le producteur Ross Robinson. Tout s’explique ? … ! Soko chante du rock instinctif, d’où émane une émotion pure. La punkette se livre totalement, elle nous fait côtoyer ses démons et ses angoisses. Malgré cela, on a un réel plaisir à écouter cette douce sauvageonne, et pas seulement parce que ses chansons en anglais nous rappellent quelque chose.

 

S comme The Celtic viol / Jordi Savall
Jordi Savall s’est toujours appliqué à rendre ténues les frontières entre les musiques. C’est l’idée de cet hommage aux musiques écossaises et irlandaises. « Les musiques celtiques d’Ecosse et d’Irlande constituent l’un des plus riches et beaux patrimoines de toutes les traditions musicales vivantes de notre temps. Tous ces Airs, d’auteurs souvent anonymes, conservés par les traditions orales, transmises avec amour de père en fils et avec persévérance, sont de véritables musiques survivantes...et sont devenues, grâce à leur vitalité, beauté, émotion et charme, indispensables à la célébration des moments de la vie de l’homme...» Simplement beau.

 

T comme Rokia Traoré
Nous attendions fébrilement ce 6ème album « Né So » (Chez moi). La musicienne, elle-même avait des doutes sur sa vie d’artiste. Ecrit et composé en solitaire, enregistré avec des musiciens venus de tout l’Ouest africain « beautiful Africa », en une vraie volonté de brassage musical fait de mélopées mandingues et des sonorités des guitares et basses, en bambara, en français ou en anglais,  il est un retour aux sources, autant qu’un album de la maturité. La chanson titre parle de la douleur des peuples déracinés, de la perte d’un monde. D’autres chansons, comme « Tu voles » ou « Obiké » plus légères, sont une ode au plaisir de vivre et à la beauté. Rokia est un témoin du monde actuel, mais avec sa propre expérience, elle se place par sa musique au cœur de cette humanité, qu’elle arrive toujours à faire danser.
 

U comme Umberto Tozzi
Retour en arrière, nostalgie de chansons qu’on aime, qu’on chante à tu tête mais seulement en privé. En public on a un peu honte ! Umberto Tozzi a commencé très jeune et est devenu célébrissime grâce aux tubes : 1977 Ti amo, 1978 Tu, 1979 Gloria. Alors effectivement quand on traduit les paroles ça peut donner des choses amusantes :
Il mio letto è forte e tu
Mon lit est fort et toi
Pesi poco di più della gommapiuma
Tu pèses juste un peu plus qu'un matelas gonflable

Umberto Tozzi est donc un grand mélodiste.

Apri la porta a un guerriero di carta igienica
Ouvre la porte à un guerrier de papier toilette
E dammi il tuo vino leggero
Et donne-moi ton vin léger

Contentons-nous donc de reprendre en cœur : Dabadan, dabadan Babadan, bam, bam, bam, bam...
juste car chanter c’est bon pour le ventre, les poumons, le moral. Le chant est une activité excellente pour le corps et l'esprit. Dabadan, dabadan Babadan, bam, bam, bam, bam...

 

V comme Versini
Ils ne payent pas de mine, Anny et Jean-Marc Versini, avec leur « look » champêtre mais ils sont les stars de vos enfants.
Ils forment Marmottes productions, une entreprise familiale et réalisent tout de A à Z (paroles, musiques, orchestrations, textes des contes, enregistrements, mises en scène et décors) en 50 cds, des CDRom et DVD éducatifs, des ouvrages musicaux et 5 spectacles.
Avec 600 chansons, poésies, contes et musiques, Jean-Marc apporte ses connaissances musicales, sa poésie, son âme d’artiste, Anny sa finesse, sa pédagogie, son esprit battant, sa passion pour les enfants et les choses de la nature.
Les enfants aiment apprendre en s’amusant avec les histoires sur les dinosaures, sur l’eau, sur le jazz, sur l’espace mais leur préféré reste le conte musical sur la country-music. Ils chantent aussi avec les marmottes, à l’occasion de Noël, à l’école, à la fête foraine ou pour s’endormir avec des berceuses mais le cd dont ils sont fans reste le cirque Bidoni.
Le duo Versini est la Rihana des petits !
 

W

X comme The XX
Après 5 ans d'absence, de nouveau The XX nous enchante. Tout est mélodie et douceur dans cet album, les musiques, les voix féminine et masculine qui dialoguent, les ambiances. Un réel bonheur à l'écoute, qui réchauffe le coeur.


Y comme Dhafer Youssef
D’abord il y a la musique, le piano du jeune Tigran Hamasayan et le oud du maître. Nomade, curieux, Dhafer Youssef la nourrie d’influences multiculturelles. Puis transperce le chant, et cette voix exceptionnelle, reflet d’immensité et de divin, un lyrisme arabe d’une beauté profonde. L’ensemble est un voyage unique, riche, métissé, des traditions soufies au jazz, à l’électro, une combinaison parfaite d’énergie et de sérénité. Enivrant et magique.


Z comme Zegut
Mes « cages à miel » ont capté sur les ondes radios, depuis les années 80 grâce à Francis Zegut, 90 avec Bernard Lenoir, toutes les diversités des musiques pop rock et rock indé. 2 voix, 2 personnalités, 2 styles passionnés, 2 hommes des rocks, qui sont en lien avec les auditeurs (« ce qui me manque c’est le partage des chansons » Lenoir), en leur proposant ce qu’ils aiment, en se renouvelant aussi (avec Internet), en restant curieux de nouveautés (« Il m’arrive d’acheter un cd pour sa pochette ou parce que le nom du musicien m’inspire » Zegut). Aujourd’hui ils font chacun leurs play-list. Le son Lenoir l’Inrockuptible se compile en 18 morceaux emblématiques qui le représentent. Le longbox intitulé « RTL2 PopRock Station by Zegut » est l’exact reflet de la programmation de l’émission, avec ses rubriques, les Classiques, les Reprises, les Pépites et les Lives. Autant d’incontournables que de découvertes à (ré)écouter sur les routes estivales.

Partager "L'alphabet musical" sur facebookPartager "L'alphabet musical" sur twitterLien permanent
Retour Haut

Le réseau


Cliquez sur la carte pour découvrir les bibliothèques du réseau!
 

------------------------------

Services

Une seule inscription, une seule carte et vous avez accès aux 7 bibliothèques.

- Accès WIFI gratuit pour tous

- Portail web commun (animations, horaires...)

- Catalogue commun (collections, nouveautés...)

- Accès au compte-lecteur (prolongation, réservation, suggestion d'achat...)

------------------------------

Pour s'inscrire

Pièces à fournir

 

- Justificatif de domicile ou de travail sur le territoire des bibliothèques du réseau Boucle des Médiathèques

- une pièce d'identité

Bénéficiaires du tarif réduit

- Moins de 26 ans
- Demandeurs d'emploi
- Bénéficiaires du RSA
- Bénéficiaires de l'ASPA
- Adultes handicapés

------------------------------

Partager "présentation du réseau" sur facebookPartager "présentation du réseau" sur twitterLien permanent